DIGES
Patrimoine
L'école
Actualités
Evolution

Diges, comme toutes les communes rurales, connaît depuis le début du siècle de profondes mutations.

L’installation de l’électricité entre 1923 et 1959 a non seulement amélioré les conditions de l’habitat rural mais aussi grandement facilité certaines tâches agricoles.

De même, l’adduction d’eau a apporté aux familles rurales une modification radicale de vie. Commencée en 1956 par les hameaux des Grosniers, des Guicharmes, des Guérans, le Bourg, la Garenne, les Chesneaux, la desserte en eau s’est poursuivie en 1957 (Sauilly, le Grand Buisson, les Marceaux, les Deschamps, les Cognats) puis en 1962 (Varennes, Arqueneuf, le Pressoir, les Champoints, la Cour Barrat, les Barrats, Saint-Maurice, la Fontaine au vert, les Jolivets), en 1965 (les Pichots, les Courris, Volvent, la Bruyère, les Bois-Paumes, les Simonnets, les Proux, Montchenot, Moulin Ragon, Gogot, les Révillonnes, la Forêt, les Gouffiers, la Verrerie Haute.), enfin en 1969 (la Verrerie Basse, les Fritons).

Cette longue énumération traduit non seulement l’importance des travaux, mais encore les difficultés de vie toujours présentes en plein XXème siècle!

Depuis peu, nous avons des noms de rues, le tout-à-l’égoût est peu à peu mis en place, ainsi que l’éclairage public.

Mais il fait néanmoins tellement bon vivre à Diges que de plus en plus de gens viennent s’y installer, appréciant à la fois la tranquillité, la qualité de vie et la proximité de Toucy et Auxerre.